Qui est sur la photo ? #1

Une autre étape dans la recherche des origines passe par l’identification des personnes d’après photos. Un travail que nous avons commencé après les décès de René Lanier (2007) puis de Violette Pagès (2014). On parle de près de 800 photos laissées derrière eux qui retracent parfois plus de 100 ans de témoignages.

Après l’euphorie des premiers instants, celle de la découverte d’un merveilleux patrimoine iconographique, on réalise vite qu’il est difficile de reconnaître tout le monde. Qui sont-ils vraiment ? Font-ils tous parti de la famille ? Un arrière-grand-père ? Des cousins ? Des cousins de cousins ? Ou simplement des ami(e)s… Le temps jouant contre nous, il est nécessaire d’identifier un maximum d’individus, tout en sachant qu’il restera des « inconnu(e)s ».

Choisir un mode de classement

Il nous a fallu un bon mois pour réaliser un premier classement chronologique, préféré à un classement par individu. Un peu comme un jeu de « memory », par petits tas, en essayant de trouver un lien entre les photos. Heureusement, il est assez rare de n’avoir qu’une seule photo d’un événement.

lanarium-classement-photo-post-it

Premier réflexe : regarder au dos ( ! ) et un constat : ce sont les femmes qui y écrivent. Mais cela ne représente que 10% des cas. Ensuite, sortir l’outil indispensable : la loupe ! Les habits, les maisons, il faut tout relever.

lanarium-classement-recherche-loupe

Quand Gérard (Lanier) et Dany (Pagès) replongent dans leurs souvenirs…

Le format de la photo peut aussi nous aider : à chaque époque son format. On trouve par exemple des photos à peine plus grandes qu’une pièce de monnaie dès la fin des années 30.

lanarium-petite-photo

Enfin, les tirages étaient souvent marqués par pellicule, numérotés par le photographe qui les réalisaient. Autant de pistes à explorer…

Sélectionner, numériser

Une fois datées, avec une échelle de « plus ou moins », les photos ont été regroupées par tranche de 5 ans. Il y a aussi des choix à faire car on ne peut pas tout conserver ni tout numériser. Le but étant ensuite d’identifier les personnes avec l’aide des « ancien(ne)s » de la famille, les premières numérisations sont celles des « inconnu(e)s » ainsi que les clichés les plus âgés. Parmi eux, on retrouve régulièrement :

Les photos des soldats des grandes guerres

1914-LANIER_Camille-14e-section

1914 – Camille LANIER (2e rang, 1er à gauche), 31 ans

Les photos d’enfants

1926-BENNE_Violette

1926 – La petite Violette BENNE (à droite), 5 ans

Les photos de classe

1937_LANIER-rene-photo-de-classe

1937 – Le jeune René LANIER (face au bureau du professeur, celui de droite), 12 ans

 Les photos de mariés

1947-BOURBONclaude-MULOTsimone

1947 – Claude BOURBON, 19 ans et Simonne MULOT, 17 ans

Se rapprocher des personnes « ressources »

Ce sont les « bibles » de la famille, nos grands-parents, grand-oncles et tantes, susceptibles de reconnaître tous ceux qui restent « inconnus ». Premier rendez-vous pris donc, au mois de mai, avec Andrée et Jacqueline, pour une séance de visionnage de la branche Lanier !

A suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s